Parc National de Snaefellsjokull L'un des endroits les plus intéressants d'Islande

Le parc national de Snæfellsjökull

L’un des endroits d’Islande les plus intéressants

 

La parc national de Snæfellsjökull s’étend sur la grande partie ouest de la péninsule de Snæfellsjökull et recouvre 170 km². Il fut fondé le 28 juin 2001, dans le but de protéger lanature unique de cet espace et ses importantes reliques historiques. L'autre intérêt est celui de faciliter le voyage dans cette zone et la rendre accessible aux visiteurs.

La calotte glaciaire de Snæfellsjökull s’étale sur le parc national, et il est aussi l’unique parc qui s’étend jusqu’à la mer. Les réserves naturelles de Búðahraun, d’Arnarstapi et d’Hellnar et le monument naturel de Bárðarlaug sont également gérés par le parc national. Les champs de lave de Bárðarlaug se trouvent sur la partie sud de la péninsule de Snæfellsnes, et la partie est (environ 9 km²) a été désignée réserve naturelle en 1977. Le champ de lave cache l’une des plus belles végétations du pays, abritant environ 130 espèces de plantes, incluant 11 des 16 espèces de fougères que vous pouvez trouver en Islande.

Environ 0.6 km² de la zone côtière aux alentours de Arnarstapi et Hellnar ont été désigné réserve naturelle en 1979. Vous y trouverez d’étranges formations de roche qui ont été sculptées et vous aurez la rare opportunité d’observer de près des troupeaux de mouettes tridactyles.

Le monument naturel de Bárðarlaug est un ancien cratère rempli d’eau situé à Hellnar. Son lit a été creusé par un glacier de l’ère glaciaire. Les parcs nationaux et les réserves naturelles sont des propriétés de l’état, gratuits pour les visiteurs qui souhaitent les explorer et  les apprécier, mais tous les visiteurs sont priés de respecter et de suivre les règles de conduite du parc.

 

Les paysages

La côte de la péninsule de Snæfellsnes est très variée. La crique rocheuse alterne des plages de sable noir, des plages de sable clair, et des falaises à pic, qui sont envahies pas les oiseaux de mer pendant la saison de nidification. La plaine basse du parc national est essentiellement faite de lave qui a coulé de Snæfellsjökull et de petits cratères dans la basse terre. Les champs de lave sont largement recouverts de mousse, et de temps en temps ils contiennent des creux où la végétation est à l’abri du vent. La basse terre de la partie sud de Snæfellsnes est un ancien fond océanique qui s’est élevé à la fin de l’ère glaciaire. Les falaises qui séparent les plaines des montagnes sont par conséquent d’anciennes falaises. Le glacier de Snæfellsjökull surplombe majestueusement la zone, s’élevant au milieu de plusieurs pics. On peut voir clairement comment les courants de lave ont coulé sur ses bords. La vallée de Eysteinsdalur au nord est entourée de hautes montagnes attirent les passionés de randonnées. Vers Jökulhálsn vous trouverez des zones ponces et des terres qui étaient sous les glaciers il y a encore quelques années.

Dans le sud Mælifell et Axlarhyrna sont les montagnes les plus imposantes que l’on peut voir depuis Búðir, et la montagne de Stapafell, qui mesure 526 m de haut domine Arnarstapi et Hellnar. Cette zone présente de magnifiques chutes d’eau. Bjarnafoss se déverse sur les falaises au nord de Búðir et si vous regardez attentivement, vous verrez une femme qui se tient au milieu, un brouillard de gouttelettes se forme autour de ses épaules. Elle est clairement aperçue depuis la route qui retourne à Búðir, ou depuis les landes de Fróðárheiði. La chute d’eau de Klukkufoss, à la base de Hreggnasi, est entourée par des colonnes de basalte, et plus à l’est dans les gorges de Blágil, vous trouverez deux chutes d’eau, conjointement appelées Þverfossar, qui se déversent dans le même bassin.

 

Géologie

Snæfellsnes a une géologie très diversifiée, et contient des formations rocheuses de pratiquement toutes les périodes de l‘histoire géologique d‘Islande. Le système volcanique de Snæfellsjökull présente une diversité géologique complète, et il y a des signes évidents des dernières éruptions datant de la dernière période glaciaire de l’ère glaciaire jusqu’à des éruptions plus récentes. Le système volcanique est long de 30 km, il s’étend de Mælifell à l’est jusqu’à Öndverðarnes à l’ouest. Djúpalónss et le glacier contiennent plus de 20 champs de lave.

Le cœur de ce système est une grande chambre de magma qui se situe à quelques kilomètres sous le glacier. La plupart des formations rocheuses du parc national sont issues de la dernière période glaciaire de l’ère glaciaire jusqu’à ces derniers temps. Les montagnes au nord du glacier de Snæfellsjökull sont faites de tuf volcanique, formé par des éruptions sous le glacier ou sous la mer.

On pense que le mont Svalþúfa est la plus grosse partie Est du cratère qui est entré en éruption sous la mer et que Lóndrangar représente des « bouchons de cratères ». Les champs de lave sont répandus dans les paysages du parc national, tous sont des champs de lave irréguliers et charnus. Une grande proportion d’entre eux vient de Snæfellsjökull, aussi bien du sommet du cratère et que de ses côtés.

Vous trouverez toutes sortes de belles formations de lave, et la zone possède de nombreuses grottes. Les voyageurs sont fortement conseillés de ne pas pénétrer dans les grottes sans être accompagnés d’un professionnel. Dans les plaines, vous trouverez les cratères Purkhólar, Hólahólar, Saxhólar et Öndverðarneshólar au milieu de la lave qui a coulé. Au milieu du champ de lave de Búðahraun se trouve Lóndrangar.

Búðakletturn, un cratère de 88 mètres de hauteur depuis lequel Búðahraun a coulé il y a 5000 – 8000 ans. La partie est de Búðahraun est faite de lave charnue. Elle possède plusieurs grottes, la plus connue d’entre elle est Búðahellir. Cette grotte fait l’objet de beaucoup de connaissances. On pensait par exemple qu’il n’y avait pas de fond et qu’il y avait un tunnel qui la reliait directement à la mer de Djúpasker, à l’est du champ de lave de Búðahraun.

Les champs de lave de Búðahraun se situent sur le lit de l’océan, ses fondations baignent dans l’eau de mer et pendant les marées de printemps la mer arrive jusqu’à ses profonds creux. Parmi les géologues, la lave est connue pour ses triples roches tachetées. Des tâches jeunes-vertes sont faites d'olivines, les tâches blanches de plagioclase et les tâches noires de pyroxen. La plage vers Búðir ne contient pratiquement que du sable olivine pur, rarement trouvé en Islande.

On pense que le champ de lave de Hellnahraun, juste au nord d’ Arnarstapi et de Hellnar, date d’il y a 4000 ans, et les experts pensent qu’il a coulé du cratère sous le glacier.

 

Snæfellsjökull

Le glacier de Snæfellsjökull a souvent été appelé le roi des montagnes islandaises. A 1446 mètres, on a longtemps pensé qu’il était la plus haute montagne du pays, et on pense que le pic a été atteint pour la première fois en 1754 par Eggert Ólafsson and Bjarni Pálsson. La montagne est un stratovolcan actif, fait de plusieurs champs de lave et d’éruptions phréatiques pendant les 800 000 dernières années. Le cratère sous le sommet Djúpalónssandur est profond de 200 m, plein de glace et entouré de rochers de glace. Le glacier s’est réduit ces dernières années et sa surface est d’environ 11 km ². Les côtés du glacier sont particulièrement beaux, avec des rangées de lave qui ont coulé le long des pentes. La dernière éruption du glacier date d’il y a 1800 ans, elle a projeté des cendres sur toute la partie nord de Snæfellsnes et les Fjords Ouest. La lave a coulé sur les pentes sud, formant le champ de lave de Háahraun parmi tant d’autres. La saga de Bárður Snæfellsás raconte que Bárður abandonna la compagnie humaine et grimpa en haut du glacier. Le glacier a inspiré beaucoup d’auteurs, poètes et artistes au fil des années. Certains pensent que le glacier fait partir de l’une des 7 plus grandes sources spirituelles au monde.

 

Végétation

Le sol dans la zone étendue de Snæfellsnes a tendance à être assez perméable, mais la végétation dans cette zone est cependant diverse.

La zone côtière est riche de végétation et possède de nombreux marais composés d‘algues. Une mousse épaisse recouvre la plus grande partie des champs de lave, tandis que les fleurs fleurissent à l‘abri dans des recoins et les fentes. Il n‘existe pas de grands arbres, mais de petits bouleaux et des sorbiers poussent dans les creux. Parmi les rares espèces de plantes trouvées dans cette zone se trouvent des millets étalés et des parisettes à quatre feuilles, qui sont des espèces protégées. La callune est répandue et à la fin de l’été, il y a une grande quantité de baies sauvages. C'est est en grande partie grâce à la variété de la végétation que le champ de lave Búðahraun a été désigné réserve naturelle. Cette variété provient du fait que les bases de la lave baignent dans l’eau de mer, ce qui fournit un air humide et favorable au développement des plantes. Des fentes particulières se sont formées dans différents endroits, et ils contiennent approximativement 130 espèces de plantes.

Les fougères sont les végétaux les plus visibles.

Parmi les 16 espèces de fougères qui poussent en Islande, 11 poussent à cet endroit. Les faucons et les émerillons sont rares. La zone est une escale pour beaucoup d’oiseaux migrateurs qui pondent leurs œufs un peu plus au nord. Le plus présent est le Tournepierre à collier, le bernache cravant et le rouge-gorge familier. L’Eder à duvet est l’espèce de canard la plus commune que vous pouvez trouver ici.

De grandes colonies de sternes arctiques font leur nid à Arnarstapi, Rif et Öndverðarnes, colonie de Rif qui a été l’une des plus grandes d’Europe. La sterne arctique est le symbole de la municipalité de Snæfellsbær et c'est un oiseau charmant, avec ses caractéristiques délicates et majestueuses. Toutefois, elle est farouchement protectrice avec ses petits, et elle attaque ceux qui s’en approchent de trop près, en donnant des coups de bec. La sterne passe les mois d’hiver dans l’hémisphère sud, le long de la barrière de glace de l’antarctique.

Pour apprécier les nuits lumineuses de cette période de nidification, la sterne a développé une technique de vol unique, lui permettant de voler environ 40 000 kilomètres par an.

 

Les autres animaux

Si vous marchez le long de la côte, attendez-vous à voir aussi bien des phoques gris que des phoques communs (ou veaux marins) vu qu’il y a de grandes colonies autour du parc national. Les bassins sur la plage contiennent des petites créatures comme des cochlées des amphipodes et des crabes.

Des orques, les baleines de Mink et des marsouins sont fréquemment aperçus aux alentours de Snæfellsnes et peuvent être vus depuis la côte – gardez vos yeux ouverts ! Les grandes baleines tout comme les grands cachalots nagent loin de la côte. Les renards sont communs dans les champs de lave et le long de la côte et les visons restent près de la côte où ils peuvent trouver facilement de la nourriture. Des mulots mènent également une vie paisible dans les champs de lave.

 

Les oiseaux

Comme on pourrait le prédire, les oiseaux les plus connus dans la zone sont les oiseaux de mer. Ils font leurs nids le long de la côte, et parmi les espèces trouvées il y a les guillemots, les pingouins torda, les mouettes et les cormorans huppés. Le cormoran huppé est un excellent plongeur et il peut être observé près d’Arnastapi. Les cormorans huppés vivent en petits groupes sur les petits rochers et les îlots. Pendant la période de nidification, une touffe de plumes orne la tête de l’oiseau adulte. A Arnastapi, vous serez également très proches des nids de mouettes. Les mouettes pondent deux œufs dans leur nid qu’elles collent le long des goulets rocheux avec leur salive et leurs déjections. Les guillemots noirs apparaissent plus souvent à Malarrif et Lóndrangar. Les goélands se trouvent à plusieurs endroits, les espèces les plus communes étant le goéland marin, le goéland argenté, la mouette et le goéland brun. Þúfubjarg et Saxhólsbjarg sont des falaises à oiseaux accessibles, mais veillez à les approcher avec prudence.

Il n’existe pas de grandes colonies d’oiseaux de zone humide, mais plusieurs espèces visitent le beau marais de la baie de Beruvík. Les phalaropes à bec étroit sont souvent aperçus au marais au dessus de Pumpa et Arnastapi.

Cet oiseau est connu pour les cercles qu’il fait lorsqu’il cherche de la nourriture. Vous pouvez régulièrement entendre les bruits que font différents petits oiseaux, comme le pluvier doré, le courlis corlieu, le pipit des prés, le bruant des neiges et le traquet. Les autres oiseaux communs sont les bergeronnettes, les huîtriers, le grand gravelot, le scolopacidé, le corbeau et le lagopède muet.

 

Búðir

Búðir est un site important concernant l‘histoire du commerce et de l‘industrie en Islande. La saga d‘Eyrbyggja suggère qu’il y avait un port de commerce les premiers siècles après la colonisation. A environ 3 km au sud de l’hôtel Búðir se trouve Frambúðir0. Des rangées de bateaux de pêche à cet endroit et au début de la colonisation ne cessent de croître et de s’embellir, et pendant des siècles, beaucoup de propriétaires des terres y ont gardé leur bateau. Vous pouvez également voir les ruines d’une cabane de pêcheur (islandais : verbúdir) qui a donné son nom à l’endroit, comme c’est le cas pour d’autres ruines de bâtiments de pêche et de bâtiments de commerce. Au milieu du 17ème siècle, le centre de commerce a été déplacé de l’est à l’estuaire, où il a fonctionné pendant 130 années.

 

Arnarstapi et Hellnar

La saga de Bárður Snæfellsás se déroule aux alentours d‘Arnarstapi and Hellnar, et beaucoup de noms de lieux sont liés à cette histoire. Bárður, qui était moitié homme moitié troll est réputé pour avoir marché durant une excrusion à Djúpalón et pris un bain dans le bassin de Bárðarlaug. Une sculpture sur pierre de Bárður Snæfellsnás faite par Ragnar Kjartansson se tient près de la côte à Arnastapi.

Arnastapi était un port de commerce important et était une grande communauté pour les standards islandais, elle avait environ 150 habitant au début du 18ème siècle. Quelques familles vivent maintenant à Arnastapi toute l’année, mais pendant l’été l’endroit grouille aussi bien d’oiseaux que de personnes. Les nombreuses maisons d’été de la zone sont occupées pendant tout l’été, et de nombreux petits bateaux de pêche prennent le large depuis le port. Le port ne passe pas inaperçu, il est entouré de colonnes de basalte, de rifts et de creux.

Marchez vers l’ouest le long de la côte depuis le port, vous verrez des falaises saisissantes, des gorges, des formations rocheuses et des grottes, où grouillent les oiseaux.

Hellnar a été, pendant des siècles, un lieu où se trouvaient les plus grandes stations de pêche de Snæfellsnes. Au début du 18ème siècle, environ 200 personnes vivaient à Hellnar dans des maisons de turf et des cabanes de pêcheurs, le site est donc riche en vestiges historiques. Les bateaux avaient l’habitude de s’aligner le long de la jolie plage sous la colline de Gróuhóll. L’est de la baie, un long rocher appelé Valasnös s’étend jusque dans la mer. L’église de Hellnakirkja a été édifiée en 1945 dans un très bel endroit qui avait une église depuis 1883.

 

Accès et services

Les services dans la région se sont assez améliorés puisque les voyageurs étaient accueillis par Axlar-Björn et se retrouvaient à l'étang d'Iglutjörn. La route numéro 574 vous permet de vous balader autour du parc national et des réserves naturelles environnantes. Le personnel du parc national est prêt à vous aider du mieux qu‘il peut et à répondre à toutes vos questions. Des promenades guidées et des circuits sont organisés, nous vous encourageons à consulter ce qu‘ils proposent.

Il n’existe pas de terrains de camping à l’intérieur du parc national, mais les randonneurs et les cyclistes sont autorisés à planter leur tente pour une nuit seulement. Arnastapi possède un camping et vous trouverez des hôtels et des restaurants à Búðir, Arnarstapi et à Hellnar. La zone environnante offre plus de choix pour se loger et se restaurer. Vous trouverez également des piscines à Ólafsvík, Lýsuhóll, Grundarfjörður et Stykkishólmur. Les supermarchés les plus près se trouvent à Hellissandur, Rif et Ólafsvík. Vous trouverez une station essence à Hellissandur, Ólafsvík, Arnarstapi et Vegamót.

 

Chers voyageurs

Chacun est libre de se promener aux alentours du parc national de Snæfellsjökull et de ses réserves naturelles environnantes, mais nous vous prions de rester sur les sentiers battus lorsqu‘ils y en a. Vous êtes autorisés à conduire et à faire du vélo sur les routes et les sentiers tracés. Faire du cheval est autorisé sur les chemins prévus à cet effet.

Merci de contacter en avance les gardiens du parc si vous prévoyez de vous promener dans le parc à cheval. Veillez à respecter la nature de cet espace fragile et à le laisser intacte. Il est important de ne pas déranger le développement de la vie sauvage et de la végétation. Il est interdit d’allumer un feu et de jeter vos déchets dans le parc. Gardez les chiens et autres animaux en laisse, et nettoyez après leur passage. Le but de créer une zone « parc naturel » est de protéger cet espace et permettre à de plus en plus de gens d’en profiter. L’intérêt est de préserver le développement de la nature tout en permettant aux touristes de l’apprécier et d’être en interaction avec elle. Une prise de conscience, une meilleure compréhension et une participation active dans la préservation de la nature sont importantes pour atteindre cet objectif.

S’il vous plait, respectez les règles de conduite et aidez-nous à faire profiter tout le monde de la nature.